L’amour au premier contact

L’amour au premier contact

Le directeur du design industriel de Trek parle de l’importance de l’apparence

Il y a près de 20 ans, un vendredi après-midi, je racontais à un collègue que je souhaitais acheter une ancienne Cadillac. Il me répondit d’aller voir sur eBay, un nouveau marché en ligne pour tous les produits imaginables.

Après quelques clic, je me retrouvais nez à nez avec une Cadillac Sedan Deville de 1968 et son moteur V8 de 8,4 litres. En vert sapin argenté. Si vous n’êtes pas un passionné de voitures comme moi, il se peut que cela ne vous dise rien. Toutefois, tout le monde comprendra cette sensation de coup de foudre pour quelque chose, quand la raison est aux abonnés absents.

J’ai donc cherché comment faire mon enchère, sans trop bien comprendre les conséquences de mes actes et deux heures plus tard, j’étais devenu le propriétaire de cette Cadillac. Le seule problème était que la voiture était dans le Montana et moi, dans le Wisconsin.

À vrai dire, la voiture aurait même pu être sur la lune et cela ne m’aurait pas préoccupé. Je l’avais vue, j’avais eu le coup de foudre, je devais l’acheter et rien n’aurait pu m’arrêter. Tout ceci pour dire que l’esthétique provoque des émotions. Je reviens souvent à ce sentiment car c’est le sentiment que je veux que le public ressente en voyant nos vélos. La puissance de l’amour est extraordinaire.

L’amour est une puissante émotion. Je veux que les cyclistes aiment le look de nos vélos.

De l’importance des apparences

Nos possessions racontent une partie de notre personnalité. Quand un individu se réveille, enfile son uniforme et sort sur son vélo en carbone, ce n’est pas uniquement pour les bienfaits de l’exercice. Il vit une expérience qu’il a choisi de vivre et il déclare au reste du monde son amour pour une activité et ce qui compte pour lui. Notre rôle est d’aider à développer cette expérience.

De l’importance de l’amour

Nous avons eu de grandes discussions au sein de mon équipe pour savoir si nous devions fabriquer des choses que nous aimions ou des choses que, d’après nous, le client allait aimer. Cette question vaut la peine d’être posée. Et nous revenons toujours à la même conclusion : si nous ne l’aimons pas, c’est que nous n’avons pas encore fini. Si une passion anime nos gestes et si nous fabriquons des objets que nous aimons, tout le reste se résout tout seul. Il en va de même que pour toute œuvre d’art ou performance artistique. Si vous y mettez du cœur, le public le ressent. Rien n’est plus facile que de vendre quelque chose que vous adorez.

Quand l’amour est la norme, tout compte.

De l’importance de l’honnêteté

Si vous regardez autour de vous lors des séances de critique de design, vous vous retrouvez en présence de centaines d’années d’expérience conjointe. Si ces personne ne sont pas honnêtes, elles nous rendent un mauvais service. Lorsqu’elles vous disent ce qu’elles pensent, en bien ou en mal, elles ne vous disent pas quel devrait être le résultat. Elles vous disent simplement que vous n’avez pas encore terminé.

De l’importance du respect

Qu’il s’agisse d’un vélo de 500 dollars ou de 15 000, il est traité avec le même respect. Nous devons l’adorer. Quand l’amour est la norme, tout compte. Nous avons pris un engagement : une sortie sur n’importe quel vélo de Trek doit être remarquable.

Aujourd’hui

Le design est à l’avant-plan de tout ce que nous faisons et nous pouvons compter sur des experts dans chaque catégorie. Nous lançons de nouveaux produits sans cesse et tous doivent respecter cette norme incroyablement stricte. Avec l’expérience, nous avons appris que l’amour pour ce que nous faisons est la meilleure manière de garantir notre apprentissage, notre développement et la fabrication du meilleur produit.

About the Author: Steve Baumann

Steve Baumann is the Director of Product Design at Trek Bicycle. If it has speed, he's into it. When he's not in Waterloo, he's most likely to be found on the side of a hill or in the water with his family or cruising in his 1968 Cadillac Deville.