Luxembourg
You're looking at the Luxembourg version of the website. Don’t worry. We’ve all taken a wrong turn before. Choose a different version of the website here.

Équipez-vous et préparez-vous pour rouler sur les trails par temps humide. Si vous voulez rouler toute l’année, vous allez devoir vous mouiller un peu.

Équipez-vous et préparez-vous pour rouler sur les trails par temps humide. Si vous voulez rouler toute l’année, vous allez devoir vous mouiller un peu.

Si vous vivez dans un endroit où la terre argileuse est très boueuse, il y a de fortes chances que vous deviez raccrocher votre vélo lorsque le temps devient humide. Mais si vous vivez ailleurs, il est fort probable que vos trails soient conçus pour supporter l’humidité, et il n’y a aucune raison de ne pas rouler sous la pluie.

Que vous empruntiez des trails recouverts de dalles de granit ou des pistes construites avec la bonne cambrure pour évacuer l’eau, rouler dans des conditions humides vous apportera à coup sûr des sourires éclaboussés de boue. Pour ceux qui vivent dans la région du nord-ouest de l’Amérique du Nord et au Royaume-Uni, rouler sous la pluie est probablement une activité quotidienne, mais même si vous êtes un véritable gourou des précipitations, nous avons tous besoin de quelques conseils sur la façon de gérer une averse. De la préparation de l’équipement, à la sortie en passant par le nettoyage du vélo, nous allons aborder tout ce vous devez savoir avant, pendant et après vos sorties par temps pluvieux.

Lorsque le moment est venu de s’attaquer aux trails humides, il est essentiel que vous sachiez quelles pistes peuvent être parcourues dans de telles conditions. Restez à l’écart des flow trails, ou des pistes où la boue est épaisse, comme du beurre de cacahuète. Un tour rapide sur un flow trail mouillé peut causer des dommages que les constructeurs de trails mettront des semaines à réparer. Privilégiez les pistes techniques qui présentent un bon drainage et de nombreuses roches et racines pour éviter l’érosion.

Une fois que vous avez votre trail en tête, suivez notre guide pour partir sur le dirt, paré de tout ce dont vous avez besoin lorsque Mère Nature décide de vous envoyer des averses.

Gants VTT

Procédez à vos réglages avec des outils d'atelier spécialement conçus pour faire le travail.

Shorts VTT

Procédez à vos réglages avec des outils d'atelier spécialement conçus pour faire le travail.

Veste VTT

Procédez à vos réglages avec des outils d'atelier spécialement conçus pour faire le travail.

Préparation

1. Une bonne base
Lorsque le temps n’est pas au beau fixe, les couches de vêtement sont vos meilleures amies, et la meilleure façon de commencer est d’avoir une bonne base. Gardez une couche de base en laine ou en synthétique respirante contre votre peau pour favoriser l’évacuation de l’humidité et la régulation de la température, et complétez-la avec votre cuissard thermique ou votre peau de chamois préférée pour plus de chaleur en bas.

2. Couvrez vos fesses
Pour garder l’eau à l’extérieur et la chaleur à l’intérieur, nous optons pour un pantalon cycliste lorsqu’il pleut, mais si vous roulez sous une pluie d’été plus chaude, les shorts imperméables sont parfaits. Si vous voulez plus de chaleur et plus de protection, ajoutez des genouillères pour contrer encore davantage les éléments.

3. Le maillot adéquat
Pensez à la température lorsque vous choisissez un maillot. Si le mercure est en chute libre, portez un maillot thermique à manches longues, mais si les températures sont modérées, gardez votre maillot habituel. Superposez une veste imperméable avec des aérations zippées qui vous permettent d’évacuer la chaleur dans les montées et de la conserver dans les descentes pour rester au chaud.

4. Protégez vos doigts
Protégez vos mains avec une bonne paire de gants et gardez-en une autre dans votre sac que vous enfilerez au sommet. Il y a de fortes chances que votre première paire soit un peu fraîche et humide à la montée, et vos mains vous remercieront pour la chaleur sèche à la descente. Les chaussettes imperméables sont un excellent moyen d’augmenter la chaleur de vos pieds, sinon une paire de chaussettes en laine mélangée est un bon choix. La laine conserve sa chaleur lorsqu’elle est mouillée, ce qui en fait un excellent choix pour les sorties sous la pluie.

5. Couvrez vos yeux
Les lunettes de protection sont essentielles lorsque vous vous aventurez sur des trails humides. Enfilez une paire de lunettes de cyclisme ou un masque pour éviter que la boue, les gravillons et les débris n’atteignent vos yeux. Protégez-vous des projections de boue provenant des roues avec un garde-boue facile à installer sur votre fourche.

6. Préparez vos pneus
Pour améliorer la traction sur les surfaces glissantes et meubles, réduisez la pression de vos pneus d’environ un à deux PSI pour augmenter le contact de la bande de roulement sur le sol.

Christina Chappetta prenant un virage sur un terrain mouillé

La sortie

1. Ne paniquez pas !
Les trails glissants entraînent des situations délicates. Roulez un peu plus lentement et choisissez attentivement votre trajectoire. Vous pulvériserez votre record personnel un jour où il fera sec.

2. Freiner : les règles
Lorsqu’il est question de s’arrêter, plusieurs facteurs entrent en compte. Les freins humides ne fonctionnent pas de manière aussi fiable que les freins secs, et les forces de freinage rapides peuvent vous faire glisser rapidement. Freinez plus tôt, allez-y plus doucement et pratiquez la modulation. Évaluez le trail qui est devant vous pour connaître les meilleurs endroits où freiner, et les endroits à éviter. Surtout, ne freinez pas sur les éléments en bois mouillés.

3. Savoir là où vous roulez
Certaines dalles de granit peuvent avoir une traction sans faille, même lorsqu’elles sont mouillées. D’autres racines sont glissantes et dangereuses. Apprenez à connaître les roches qui sont glissantes et moussues, et celles qui vous donneront l’adhérence dont vous avez besoin, et planifiez vos trajectoires en conséquence. Lorsque vous roulez à travers des treillis de racines, allez perpendiculairement aux racines lorsque c’est possible, cependant, si les racines suivent la trajectoire du trail, ne les cherchez pas à les contourner. Suivez-les et faites de votre mieux pour ne pas freiner en montant et en passant par-dessus.

Christina Chappetta roulant sur un terrain mouillé

Le rangement

1. Nettoyage du vélo
Lavez votre vélo dès que vous avez terminé votre sortie, dans la mesure du possible. Il suffit d’un rapide coup de jet pour enlever la boue humide du vélo. Si vous la laissez sécher et s’incruster, vous risquez d’avoir du mal à l’enlever plus tard et même de tacher la peinture de votre vélo.

2. Ma chaîne, mon amour
Nettoyez et lubrifiez votre chaîne après chaque sortie par temps humide pour qu’elle tourne bien et ne rouille pas.

3. Au sec et au chaud
Débarrassez-vous de vos affaires boueuses et humides dès que vous avez terminé votre sortie et rangez-les dans un sac étanche. Enfiler un sweat à capuche chaud après une aventure froide et humide est un moyen rapide de maintenir les bonnes sensations, et de vous empêcher de commettre l’ultime faute de débutant et de déposer de la boue dans la voiture de votre ami sur le chemin du retour.

Avez-vous des conseils pour sortir par temps humide ? Envoyez-les dans les commentaires ci-dessous !

About the Author: Trek

Our mission: we build only products we love, provide incredible hospitality to our customers, and change the world by getting more people on bikes.