France / Français
You're looking at the Français version of the website. Don’t worry. We’ve all taken a wrong turn before. Choose a different version of the website here.

Une belle histoire de Vélos sans Frontières

Une belle histoire de Vélos sans Frontières

La vélo entraine une réduction de 75% du temps de déplacement

Depuis quelques années, Trek collabore avec Vélos sans Frontières, une association axée sur la solidarité et la coopération à travers le vélo. Depuis sa création, ils mènent des actions visant à l’intégration sociale des personnes les plus défavorisées grâce au vélo.

Aujourd’hui, nous voulons partager avec vous la belle histoire de cette association qui non seulement livre des vélos mais aussi change des vies.

Bicicletas sin fronteras

La communauté éducative de Boyar et les vélos

A un carrefour de pistes rouges qui semblent venir de nulle part et mener nulle part, se trouve le village de Boyar. Pour y arriver, il faut traverser une forêt de baobabs géants, marcher quelques kilomètres poussiéreux et traverser de minuscules villages où les huttes de chaume sont encore préservées.

Lorsque vous arrivez au village, vous êtes surpris par un mélange d’ordre et d’agitation. Les troupeaux de vaches entourent le point d’eau communal, les gens se rassemblent autour des quelques boutiques de la rue principale et, à l’arrière-plan, une fois que l’on a traversé le village, l’agitation grandit dans la zone où la communauté a décidé de concentrer les centres scolaires : une petite école maternelle, l’école primaire et le Collège qui sera également le Lycée à partir de la prochaine année scolaire.

À Boyar, les étudiants d’une dizaine de villages environnants comme Ndiagamba, Sinki ou Ndiol sont présents. Tous sont situés entre 3 et 8 kilomètres et ne disposent d’aucun transport scolaire.

Au Sénégal, l’arrivée en classe à l’heure est très important et arriver en retard entraîne toujours des pénalités, tant en termes de notes que de perte de contenu scolaire. C’est pourquoi les élèves des villages les plus reculés doivent toujours partir tôt de chez eux et revenir toujours tard.

Le Lycée de Boyar dispose de 14 salles de classe pouvant accueillir un millier d’élèves. Parmi celles-ci, 10 classes ont été construites avec l’argent des habitants du village, qui ont créé une association pour collecter des fonds, organisé des championnats de lutte sénégalaise, des collectes, etc. Avec la construction de toutes les salles de classe, le gouvernement du Sénégal a l’obligation de fournir au Lycée les enseignants nécessaires et de les inclure dans le circuit officiel des lycées. Grâce à cette réglementation, tous les étudiants de la région peuvent rester et étudier près de chez eux, sans avoir à aller vivre dans des zones plus peuplées.

Un étudiant de Ndiol qui vit au centre du village doit marcher 10 kilomètres par jour (aller-retour). À 4 km/heure en moyenne, il lui faut une heure et quart pour se rendre en classe. S’il doit arriver avant 8 heures, il doit quitter la maison à 6h30. Dans les villages ruraux, les tâches matinales sont généralement effectuées par les plus jeunes membres du ménage, si bien que beaucoup d’entre eux doivent se lever avant 6 heures du matin. En outre, ils ne prennent généralement pas de petit déjeuner avant d’arriver à l’école. L’après-midi, les cours se terminent entre 17 et 18 heures. Ils peuvent donc rentrer chez eux à 19h30. Pendant une bonne partie de l’année scolaire, il fait nuit tôt, de sorte qu’à partir de 18h30, il n’est pas très sûr, surtout pour les filles, de se promener dans des endroits isolés.

Bicicletas sin fronteras

La vitesse moyenne sur un vélo est de 15 km/h. Ainsi, les élèves qui disposent d’un vélo se rendront à l’école en 20 minutes et pourront quitter la maison à 7h30, gagnant ainsi une heure de repos.

10 kilomètres par jour représentent environ 230 kilomètres par mois, soit un total de 57,5 heures de marche à pied par mois, alors qu’à vélo, cela ne représente que 15 heures.

Le vélo représente une réduction de 75 % du temps passé à voyager.

Grâce à la mise en œuvre du projet “Des vélos pour l’éducation”, des centaines de ces élèves amélioreront leur qualité de vie et gagneront du temps pour accéder à leur formation, continuer à aider aux tâches familiales et vivre un peu mieux.

Le projet est déjà en cours. Les villageois et le personnel enseignant ont pris en charge le travail dans l’atelier. Ils ont sélectionné un mécanicien qui sera formé par Idy, le chef mécanicien, dans les prochaines semaines. Ils ont déjà reçu leurs premiers baobikes, qui seront destinés aux élèves des écoles primaires et secondaires. L’emplacement des centres éducatifs a permis de mettre en place un projet commun, dans lequel les deux centres (collège et lycée) partageront l’atelier, les frais et la gestion.

Bicicletas sin fronteras

Trek et Vélos sans Frontières partagent un objectif commun : Améliorer la vie des gens grâce au vélo.

Si vous voulez vous joindre et collaborer à ce beau projet, vous pouvez le faire à travers VÉLOS SANS FRONTIÈRES

En savoir plus sur le programme de responsabilité sociale de TREK

bicicletas sin fronteras

Parrainez un Baobike. Le vélo pour l’éducation.

Des enfants au Sénégal qui marchent de longues journées pour aller à l'école. Une bicyclette peut changer leur avenir.
Parrainer un Baobike

About the Author: Trek

Notre mission : nous ne construisons que des produits que nous aimons, nous offrons une hospitalité incroyable à nos clients et nous changeons le monde en faisant monter plus de gens à vélo.